Archive pour octobre 2007

Vexel Tutorial – Avril Lavigne (part 2)

Welcome back !

Voici la suite de mon didacticiel sur la vexellisation (la première partie se trouve ici et le résultat final ici).

Après avoir fait le visage, on peut s’attaquer aux cheveux, la partie la plus longue de la vexellisation.

Il n’y a vraiment aucune limite pour déterminer combien de cheveux il faut créer, on peut évidemment les faire tous individuellement (à condition d’avoir 23’400 heures à perdre bien sûr). Je n’ai pas la patience pour créer une quantité astronomique de cheveux, alors j’en ai créé qu’une centaine environ.

Le procédé est quasiment le même que pour le visage : Il faut déterminer 5-6 couleurs d’intensité et de luminosité différentes, puis tenter de faire correspondre ces tonalités avec la photo source. Au niveau technique, j’ai créé un calque pour chaque couleur différente, afin de pouvoir rapidement modifier la couleur d’une multitude de cheveux (voir la première partie du didacticiel pour voir comment placer plusieurs formes vectorielles sur le même calque).

A présent, il faut se poser la question principale : comment dessiner un cheveu ?

Voici l’explication en 5 étapes :

1. Avec l’outil Plume, cliquer sur l’image puis une deuxième fois afin de créer une ligne droite (dont la longueur est égale à celui du cheveu que vous voulez dessiner).

hair 1

2. Au milieu de ce segment (pour créer un cheveu « symétrique » du moins), cliquez encore une fois pour ajouter un nouveau point.

hair 2

3. Appuyez sur CTRL en pointant sur le nouveau point afin de transformer l’outil Plume en outil de sélection temporaire puis déplacez le point afin de créer une courbe.

hair 3

4. Cliquez sur le point de départ afin de fermer la forme.

hair 4

5. Répétez les étapes 2 et 3 sur le segment droit, et voilà ! A présent, répétez les étapes 1-5 environ 3000 fois, et c’est bon 😉

hair 5

Ce procédé n’est destiné qu’à simplifier la création de base d’un cheveu. Il est souvent nécessaire de déplacer les points ou d’ajuster des courbes de Bézier, ou même d’ajouter d’autres points, pour un cheveu qui aurait deux courbures par exemple. C’est pour cette raison qu’il est vraiment crucial de maitriser l’outil Plume, sinon vous allez vous arracher les cheveux de la tête (comme moi…).

Vous avez donc tous les outils en main pour créer une magnifique touffe de cheveux. Mais si vous êtes flemmard comme je le suis, vous vous rendrez rapidement compte que ça prendra une éternité pour créer une chevelure assez dense pour ne pas laisser de « trous ». J’ai donc triché en créant une forme de base suivant le contour global des cheveux, puis en lui superposant tous les cheveux.

base des cheveux

cheveux
base des cheveux reste des cheveux

Pour les yeux, analysons ses différentes composantes :

oeil

1. Le blanc de l’oeil – Il est important de ne PAS utiliser la couleur 100% blanche, trop éclatante pour cette partie de l’oeil. J’ai pris un blanc légèrement rosâtre et pas trop lumineux, et j’ai ajouté un petit ombrage à l’intérieur.

2. L’iris – Il s’agit ici d’une des parties qui n’est pas totalement basée sur des vecteurs. J’ai pris une couleur de base, puis j’ai utilisé les outils « Dodge » et « Burn » de Photoshop afin de créer les zones plus claires et plus foncées.

3. La pupille – Elle peut être totalement noire, et c’est une bonne idées d’ajouter un petit reflet circulaire dans la pupille, qui lui peut être plus blanc que blanc (grâce à Ajax).

4. Les cils – Comme j’avais la flemme, j’ai simplement créé deux formes vectorielles pour le contour supérieur et inférieur de l’oeil. J’ai ajouté ensuite quelques petites formes pour les cils (mais pas vraiment assez). L’important est que le contour fasse ressortir l’oeil et le sépare bien du reste du visage.

5. Les sourcils – Assez délicats, ils sont constitués de la même forme de base utilisée pour les cheveux. Il faut bien faire attention au changement de longueur et d’inclinaison des différents sourcils, les faire assez fins et nombreux pour reproduire un aspect « touffu ».

Ouf ! Voilà pour cette deuxième partie. Un dernier détail général encore : c’est une bonne idée de travailler avec un zoom élevé la plupart du temps (300-400%) afin de bien voir ce que l’on fait, et de ne dézoomer que pour avoir un aperçu général.

Je pense que je vais refaire une 3ème partie pour traiter les parties non-vectorielles de l’image, comme les trucs brillants sur la ceinture et peut-être le top qu’Avril porte.

Allez, courage, le résultat final en vaut vraiment la peine 😉

theShad0w ¦ over and out

Vexel Tutorial – Avril Lavigne (part 1)

Bon, je me lance !

Avant de commencer, notons que je ne suis de LOIN pas un expert de la « vexellisation » d’images. Je n’ai pour l’instant fait qu’un seul essai, que voilà. A vous de juger si cela vous convainc à lire mon petit didacticiel.

Tout d’abord, la vexellisation consiste en la transformation (manuelle) d’une photographie ou autre image en une série de vecteurs, à l’aide d’un logiciel supportant cette fonctionnalité, tel qu’Adobe Photoshop ou Adobe Illustrator.

Il ne suffit PAS de simplement convertir la photo en vecteurs à l’aide d’une fonction automatisée telle qu’elle existe dans Illustrator. La vexellisation est avant tout un travail de patience (il faut rester zen…) et de volonté (j’avais TELLEMENT envie d’abandonner parfois…).

La toute première chose à faire est de trouver une bonne photographie (d’une célébrité, connaissance, petit(e) ami(e), frère/soeur, etc…). Un des points importants est la taille : afin d’être précis dans la vexellisation, utilisez une image de grande taille (2442×3000 pixels dans mon cas).

De plus, pour le visage et les cheveux, veillez à ce que la disposition ne soit pas trop « crazy » (cheveux dans tous les sens, visage caché / de profil, etc…). Une vue de face avec des cheveux « plats » est idéale.

Bien sûr, il est possible de se mettre tout de suite au boulot, sans aucune aide, mais il est conseillé (pour les débutants surtout) de postériser la photo afin de réduire le nombre de couleurs à traiter.

Ceci se fait de la manière suivante dans Photoshop : Sélectionnez le menu « Image -> Adjustments -> Posterize… », puis choisissez un niveau qui permet de déterminer de grandes « taches » d’une certaine couleur dans l’image, sans tomber toutefois dans le minimalisme (avec 2 couleurs différentes, vous n’aurez pas une bonne vue d’aperçu de la photo). Veillez à prêter une attention particulière à la zone du visage. Dans mon cas, j’ai utilisé 7 niveaux, et voici le résultat :

avril avant
avril avant

avril après
avril après

On distingue bien sur la deuxième image une nette séparation de couleurs : on peut voir du blanc, un rose assez clair, ainsi que quelques niveaux de brun dans la peau. Il faut ensuite définir une palette de couleurs correspondant à chaque couleur que l’on distingue dans la photo. Il existe des palettes préconçues que l’on peut utiliser et adapter à ses besoins. Il est également possible (mais plus difficile) de créer sa propre palette.

Une fois la palette définie, vous pouvez commencer à recréer les taches à l’aide de l’outil Plume (qu’il faut vraiment maîtriser pour ce genre de projet -> voir ici pour un court didacticiel ).

IMPORTANT : Il est capital d’aller de la couleur la plus claire à la plus foncée !

Dans Photoshop, le mode qu’il est conseillé d’utiliser est « Shape Layers » (première option dans la barre d’outils de la Plume), qui va simplement créer un nouveau calque avec une couleur de remplissage et utiliser le vecteur dessiné comme masque pour ce calque.

 

pen settings 1

ci-dessus, l’option « Shape Layers » est sélectionnée

Après avoir inséré la première forme, il est possible d’en rajouter sur le même calque, afin de pouvoir changer la couleur de toute une série de vecteurs sans devoir la modifier pour chacune des formes (imaginez avoir 300 cheveux de la même couleur sur des calques séparés, puis de vouloir changer la couleur…). Afin d’ajouter des vecteurs sur le même calque, il faut cliquer plus à droite dans la barre d’outils de la Plume sur « Add to shape Area (+) », afin de modifier la façon dont le vecteur sera inséré.

 

pen settings 2

ci-dessus, l’option « Add to shape Area » est sélectionnée

Une fois compris cette méthode, il ne reste plus qu’à retracer les contours des taches, couleur par couleur, niveau par niveau. Voici mon résultat pour le visage, constitué d’une quinzaine de couleurs différentes (attention, ça fait assez peur) :

 

avril face

Pour les lèvres, l’idée est la même : Définir une palette ou en utiliser une existante, puis tracer les zones distinctes. Une différence notable est la présence de la couleur sombre séparant les deux lèvres. Voici le résultat que ça m’a donné :

avril lips

Il est bien sûr possible d’aller beaucoup plus loin – voyez par exemple ce didacticiel (en allemand) pour voir des lèvres très réalistes !

Voilà, je vais arrêter ici la première partie de mon tutorial ! Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite (les yeux et les cheveux, héhé ça rime). N’hésitez pas à me demander des détails, il est vrai que je n’explique que les grandes lignes ici (afin de ne pas vous endormir 🙂 )

UPDATE : La suite du didacticiel est disponible ici !

theShad0w ¦ over and out