Archive pour décembre 2006

snickerdoodles !

Eh oui, vous avez bien entendu, j’ai fait des snickerdoodles (what the fuck ?) !

Vous vous dites sûrement « WHAT THE FUCK », et vous avez bien raison ! Mais c’est assez simple en réalité, il s’agit d’une variété très appreciée de cookies, réputée pour sa simplicité et son délicieux goût de canelle.

Je ne fais pas souvent des pâtisseries du genre, alors c’était déjà mal parti. En plus, toutes les recettes que j’ai trouvées sur Internet étaient américaines, et se référaient à des unités impériales telles que des « cups ». Alors je veux bien remplir 2 tasses 3/4 avec de la farine, mais comment fait-on « 1 cup of butter » ? Vraiment pas facile, je vous l’assure !

A cela s’ajoute encore les ingrédients « mystère » inclus dans la recette, dont je n’avais encore jamais entendu parler (cream of tartar, qui est en fait une sorte de complètement à la poudre à lever, mais que je n’ai pas trouvé dans les magasins de mon village). J’ai donc simplement utilisé la bonne vieille poudre à lever, dans des proportions qui étaient une moyenne entre la quantité de « baking soda » (qui représente le bicarbonate de soude) et de « cream of tartar ».

Avant de les mettre au four, il fallait encore rouler les petites boules de pâte dans un mélange sucre-cannelle, et voilà ce que ça donne :

before the baking

Oh joie, on dirait presque que ça à l’air correct ! Mais que va-t-il se passer dans le four, à 205°C, avec ma recette improvisée et adaptée aux besoins européens ? Suspense…!

Je souhaite prendre un petit moment à présent pour préciser que j’ai également oublié la prise de sel qu’il fallait ajouter à la pâte.

Et maintenant, découvrez en exclusivité mondiale, ma première fournée de snickerdoodles à la « roger » :

after the baking

Aïe ! On ne le voit peut-être pas très bien sur la photo, mais mes magnifiques snickerdoodles on gonflé dans des proportions inattendues (c’est censé être plat un cookie, non ?). OK, la quantité de poudre à lever n’était finalement pas la bonne, et les biscuits ressemblent plus à des macarons qu’aux bons vieux cookies des USA.

Alors, quelle est la conclusion de cette histoire ? Les biscuits sont quand même mangeables, bien que la consistence soit un peu dure, ce qui les rend légèrement difficile à croquer (probablement à cause de leur grand volume).

J’ajoute encore une conclusion : Attention aux unités archaïques des States, qui veulent conquérir le monde en empêchant d’honnêtes gens comme moi de confectionner des produits américains en dehors du territoire des Etats-Unis et nous forcer à dépenser tout notre argent pour acheter les snickerdoodles « Made in USA » (you bastards). Sérieusement, pourquoi une des plus grandes nations du monde (au niveau de la superficie, soyons clairs) ne peut-elle pas se référer au système international (SI) des unités ?

Je vais clore ce voyage philosophique dans le pays des snickerdoodles avec une image du produit fini, et mis en boîte, en espérant en faire saliver quand même quelques-un(e)s.

boxed

theShad0w ¦ over and out