eDonkey et KazaA vous agacent ?

BitTorrent Logo
Azureus Logo

Salut ! Après toutes ces entrées artistiques, je voulais une fois traiter un sujet plus « technique ». Il s’agit du protocole BitTorrent (wtf ?). Si vous en avez assez de la lenteur de l’âne le plus connu du monde, et des fakes infestés de virus du programme de p2p possédant le nom le plus biZarre connu, BitTorrent est définitivement une alternative à considérer.

Bon, c’est bien joli, mais comment ça marche ? Comme je l’ai précisé avant, BitTorrent n’est qu’un protocole, tout comme le HTTP ou le FTP. Il permet la diffusion et le partage rapide de fichiers volumineux de façon très efficace. Pour pouvoir l’utiliser, il vous faudra 2 choses :

Un client BitTorrent, qui sera le programme qui vous permet d’exploiter le protocole. Il existe beaucoup de clients, dont le client officiel, disponible sur BitTorrent.com, mais mon préféré reste Azureus, un client Java très performant avec beaucoup de fonctionnalités. Sachez simplement que Azureus nécessite bien sûr le logiciel Java installé sur votre PC (tous les liens sont sur le site d’Azureus).

Une ou plusieurs sources de fichiers « .torrent ». Les fichiers « .torrent » sont de très petite taille (quelques ko) et contiennent toutes les informations relatives au fichier(s) que vous téléchargez. Des sites très bien faits existent avec une foules de « torrents », classés par catégories, très proprement. Je vous recommande entre autre mininova.org, un énorme site de torrents, isohunt.com, un moteur de recherche pour torrents, sans oublier Demonoid.com, un site basé sur un forum, qui contient également beaucoup de fichiers, et apporte un côté social avec le contact sur le forum.

Voilà, vous êtes fin prêts pour plonger dans le monde du BitTorrent. Vous avez donc trouvé un fichier qui vous plaît, et vous téléchargez le « torrent », puis votre client BitTorrent s’ouvre. Que se passe-t-il maintenant ? Eh bien, le fichier « torrent » contient l’adresse d’un « tracker », une sorte de serveur qui surveille et affiche toutes les personnes qui sont en train de télécharger le même fichier. A part cette fonction de tracker, tout le réseau BitTorrent est totalement décentralisé, et se base donc uniquement sur les utilisateurs qui possèdent le fichier en entier (appelés « seeders »), et ceux qui sont en cours de téléchargement (appelés « leechers »).

Le partage est la base du protocole BitTorrent. Vous êtes obligés de laisser les autres utilisateurs télécharger des parties du fichier à partir de votre PC, mais cela concerne uniquement le ou les torrents que vous téléchargez ou partagez, et pas tout un dossier comme c’est le cas avec d’autres programmes p2p comme KaZaA. Le deuxième aspect, plus important encore, est le fonctionnement même du protocole. Plus le nombre de personnes qui possèdent le torrent est grand, plus vous aurez des chances de télécharger à la vitesse maximale de votre connexion le fichier qui vous intéresse. Fini donc les files d’attentes d’eDonkey et de KaZaA (issues du fait que tout le monde se connecte à la même personne), car le protocole BitTorrent est beaucoup plus intelligent :

Supposons que vous mettiez à disposition un torrent (vous serez donc un seeder). Peu à peu, si votre fichier est intéressant, des leechers téléchargeront le torrent et commenceront à télécharger de petites parties du fichier, sauf que le protocole veillera à ce qu’il ne s’agisse jamais des mêmes parties. Ceci permet cette distribution extrêmement rapide, car très vite l’ensemble des leechers va assembler avec ces petits morceaux une nouvelle copie du fichier, ce qui vous permettrait en théorie de vous déconnecter et de supprimer le torrent (il est tout de même recommandé de laisser le torrent actif jusqu’à ce qu’une ou deux personnes aient complètement terminé le téléchargement), et ensuite de nouveaux leechers apparaîtront et chacun apportera son petit grain de sel. On voit donc nettement l’importance du partage dans ce système : s’il n’y a qu’une seule source complète (1 seeder), et que les leechers n’ont pas encore assemblé une copie entière du fichier, la déconnexion définitive de cette source signifie la mort du torrent, car sans autre initiative, tous les utilisateurs en cours de téléchargement n’auront aucune chance de terminer le téléchargement et seront obligés de supprimer leurs données (cela m’est déjà arrivé à 96,6% et c’est……frustrant).

Les avantages sont donc de très bonnes performances pour des fichiers récents (nouveaux films, jeux, etc…) ou très populaires (films « classiques », jeux vidéos incontournables, etc…), une compatibilité superbe (des clients BitTorrent sont disponibles pour tous les systèmes d’exploitations majeurs, comme Windows, Mac OSX, Linux, etc…), et un pourcentage très faible de fakes, grâce au contrôle des torrents mis à dispositions sur les sites (je n’ai encore jamais eu affaire à un fake, un virus ou un spyware avec le BitTorrent).

Les désavantages sont le fait que les fichiers peu demandés sont très difficiles à obtenir, et éventuellement le fait que la communauté BitTorrent est (pour l’instant) en majorité anglophone, et les films, jeux, séries TV, livres, logiciels, etc… sont donc la plupart du temps en anglais, mais il existe tout de même de plus en plus de torrents français.

Personnellement, j’arrive assez bien à suivre des films ou séries en anglais, et je me régale donc toutes les semaines devant les épisodes de la nouvelle saison de « Lost », une série dont je suis accro, ce qui m’évite d’attendre une année avant qu’elle ne débarque sur les chaînes suisses ou françaises, avec des doublages qui laissent parfois à désirer (les voix des personnages sont souvent beaucoup moins convaincantes en français que dans la version originale).

En somme un système très intéressant et malheureusement très méconnu dans mes environs (je ne connais qu’une seule personne dans mon entourage qui utilise ce magnifique protocole), et j’espère avoir éveillé l’intérêt de certaines personnes pour qu’elles réflechissent à deux fois avant d’opter pour la solution eDonkey.

Pour conclure, je souhaite tout de même citer une ancienne source qui explique que le BitTorrent accaparait 35% du trafic total sur Internet à la fin de 2004. Je vous laisse donc imaginer les proportions que cela a pu prendre depuis…

the.Shadow ¦ over and out

Publicités

2 Responses to “eDonkey et KazaA vous agacent ?”


  1. 1 Jamie Ramirez mai 31, 2010 à 14:44

    If only more than 59 people could hear this!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :